Commune de Pers-Jussy

Accès rapide

Vous êtes ici : Accueil > Notre village > Histoire de la commune > Hommage à un enfant du pays : Emile Rosset

Hommage à un enfant du pays : Emile Rosset

  • Publié : 17 décembre 2010
  • Mis à jour : 5 octobre 2015

"Une mauvaise herbe, c’est une plante dont on n’a pas encore découvert les vertus."


Qui ne connait pas les dictons et les maximes du célèbre "Almanach du Savoyard" ?

Son fondateur, M. Emile Rosset, est né à pers-Jussy. Il s’est éteint le 25 mars 2003, à l’âge de 94 ans. Il était le frère de M. Maurice Rosset, président d’honneur des Amis de Pers-Jussy et, comme lui, s’est attaché à restituer et à transmettre le patrimoine local des communautés savoyardes.

"Le patrimoine local doit être sauvé de l’oubli", disait-il, "c’était comme une idée fixe, j’y pensais déjà tout gosse, en gardant mes vaches, à Pers-Jussy."

Ainsi est né en 1946 l’Almanach du Vieux Savoyard, devenu en 2000 l’Almanach du Savoyard. Pendant 50 ans, cet infatigable colporteur des us et coutumes du terroir a effectué un formidable travail de recherche et d’écriture, récompensé en 1997 par sa promotion de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

L’Almanach, présent dans tous les foyers savoyards, restait à portée de main (reste encore...) et l’on s’y réfèrait à chaque instant de la vie quotidienne pour les travaux des champs ou du jardin (vers le 20, arrachage des carottes et raves que l’on rentrera bien essuyées en cave ou en silo...). On l’utilisait également comme aide-mémoire pour y consigner l’apparition des premières gelées, les dates de plantation des semences ou la première sortie des vaches en pâturage.

Aujourd’hui encore, si vous voulez tout savoir de la lune croissante ou décroissante, des animaux et des plantes de nos campagnes, de l’origine de certaines expressions bien de chez nous, consultez votre almanach. Vous y trouverez des trésors d’informations précieuses, de la plus simple à la plus érudite, agrémentées ça et là de maximes savoureuses.

"Il y a cent ans, les conducteurs étaient aussi fous qu’aujourd’hui mais les chevaux étaient plus raisonnables"